fbpx
A la une Alimentation Bien manger

Comment bien s’hydrater quand on n’aime pas boire de l’eau ?

Boire-de-l-eau-les-alternatives_Solutions

Indispensable à notre survie, l’eau représente près de 60 % de la composition de notre organisme. Boire suffisamment d’eau est donc indispensable pour assurer différentes fonctions du corps humain. Vous souhaitez vous hydrater de manière optimale avec une alternative efficace à l’eau ? Analyse des différentes alternatives saines et gourmandes à notre portée.

L’importance de bien boire et s’hydrater

Boire de l’eau : un apport vital pour l’organisme !

Un apport suffisant en eau permet de faciliter l’absorption et le transport des différents nutriments. L’eau encourage les réactions chimiques de nos cellules et maintient notre corps à bonne température. Bien s’hydrater permet aussi d’équilibrer le volume du sang et de la lymphe. Cette action permet de lubrifier certaines zones spécifiques, comme les articulations ou les yeux. L’eau vient également hydrater notre peau et booster l’activité neurologique du cerveau. Elle accélère l’élimination des toxines et maintient le corps en bonne santé.

Aujourd’hui, on estime nos besoins en eau à 2 litres par jour en moyenne. L’eau s’évacue par différents émonctoires sous forme d’urines, de selles, de sueur ou de buée (par la respiration).

Les pertes en eau augmentent dans certaines circonstances, comme pendant un allaitement ou une pratique sportive. Le risque de déshydratation augmente aussi aux saisons chaudes, ou lorsque l’organisme lutte contre une maladie. Notons que le besoin en eau dépend d’autres facteurs spécifiques, comme notre corpulence ou le climat où l’on vit.

À l’heure actuelle, les recommandations officielles préconisent un apport de 1,5 litre d’eau en moyenne pour s’hydrater. L’enjeu est donc de boire tout au long de la journée, sans attendre la sensation de soif. Les personnes sportives devront cependant boire un demi-litre d’eau deux heures avant le début de leur pratique. Les spécialistes recommandent une hydratation régulière tout au long de l’activité pour compenser l’eau perdue par sudation.

L’eau du robinet vs eau en bouteille : comment choisir quoi boire ?

Bien qu’elle soit potable, la qualité de notre eau du robinet est parfois controversée. La raison ? Une suspicion quant à sa teneur en plomb, en nitrate, en médicaments ou en pesticides. Notons que la qualité de l’eau du robinet varie sensiblement d’une commune à une autre. En effet, les eaux du robinet proviennent des eaux souterraines et des eaux de surface situées à proximité de notre lieu de vie.

L’eau du robinet provient de 2 circuits distincts, comprenant le circuit d’eau potable et le circuit d’assainissement. Le circuit d’eau potable consiste à transformer les eaux souterraines ou superficielles en eau consommable. Le circuit d’assainissement recueille les eaux usées afin de les dépolluer et les rejeter dans la nature.

Différents aspects sont reprochés à l’eau du robinet, à commencer par son goût et son odeur parfois désagréable. Il s’agit généralement du chlore, quand celui-ci est trop dosé. L’eau du robinet est soumise à une réglementation sanitaire particulièrement stricte. Selon les recommandations de l’OMS, l’eau du robinet est potable lorsqu’elle respecte plus de 70 critères. Ces critères intègrent aussi les spécificités des populations vulnérables comme les nourrissons ou les femmes enceintes.

Notons que les analyses sont effectuées quotidiennement par les Agences Régionales de Santé (ARS) et les distributeurs d’eau. Aujourd’hui, moins de 10 % des nitrates, du plomb, des pesticides ou des produits de traitement proviennent de l’eau du robinet. Pour plus de sécurité, nous conseillons néanmoins de laisser couler quelques secondes l’eau du robinet avant de la consommer.

Contrairement aux idées reçues, l’eau du robinet reste une alternative saine aux bouteilles d’eau en plastique vendues dans nos supermarchés. Les bouteilles en plastique contiennent, en effet, des polytéréphtalates d’éthylène agissant en perturbateurs endocriniens dans l’organisme. Une exposition quotidienne à ces composés chimiques a donc un effet néfaste sur le fonctionnement de nos hormones et de nos cellules (avec un risque de chute de la fertilité ou de cancer du sein, par exemple).

L’eau en bouteille présente également un inconvénient économique. Son coût serait effectivement 120 fois plus élevé que l’eau provenant de notre robinet.

Enfin, les bouteilles en plastique représentent un véritable défi en matière de préservation de l’environnement. En effet, seules certaines matières de plastique sont recyclables, comme le PP, le PET et le PEDH. Notons que le recyclage en lui-même est un processus long avec différentes étapes particulièrement polluantes (transport, incinération, etc.).

5 solutions saines pour remplacer l’eau

Si l’eau du robinet reste la façon la plus simple d’hydrater notre organisme, d’autres boissons d’un intérêt nutritionnel et gustatif majeur peuvent la remplacer.

L’eau aromatisée

Les amateurs de boissons sucrées pourront apprécier l’eau aromatisée en alternative pour s’hydrater. L’eau aromatisée consiste, en effet, à aromatiser à faible dose son eau pour la rendre plus parfumée.

Les possibilités pour aromatiser une eau sont nombreuses, à commencer par l’ajout d’épices, de fruits ou de plantes aromatiques. L’idée est de laisser infuser l’ingrédient principal (gingembre, citron, romarin, fraise, etc.) dans l’eau et de laisser reposer l’eau toute une nuit au réfrigérateur. N’hésitez pas à opter pour une eau gazeuse si vous souhaitez obtenir une eau aromatisée pétillante.

Les thés et infusions

Pour éviter les risques de déshydratation, nous recommandons aussi de privilégier les boissons à base de plantes. Remplacer l’eau par du thé permet d’hydrater l’organisme en lui faisant profiter de ses antioxydants bons pour la santé. Les polyphénols agissent en prévention contre les effets du stress, le cholestérol et les maladies cardio-vasculaires. En plus d’offrir une action diurétique, le thé est recommandé pour perdre du poids et favoriser les fonctions cognitives.

Notons que chaque variété de thé comporte certaines spécificités qui leur sont propres. Le thé vert est bon pour la mémoire et le cœur, tandis que le thé blanc a un fort pouvoir antioxydant. Avec une consommation par la moitié de la population mondiale, le thé noir est aussi la variété qui présente le plus d’arômes.

Tout aussi goûteuses, les tisanes ou infusions offrent une excellente alternative à l’eau du robinet pour s’hydrater. Très appréciées en hiver, les infusions de plantes sont aussi recommandées pour équilibrer certains aspects de notre santé. C’est le cas des tisanes de menthe poivrée, de fenouil, d’anis vert ou de romarin pour favoriser une bonne digestion. Une infusion de passiflore, de lavande ou de camomille est aussi efficace pour réduire le stress et l’anxiété. Notons qu’il est préférable de choisir des thés et des infusions issues de l’agriculture biologique pour remplacer l’eau du robinet.

Les eaux pétillantes

L’eau pétillante s’obtient à partir de l’infusion du dioxyde de carbone dans l’eau. Ce processus produit de l’acide carbonique engendrant un pH entre 3 et 4. C’est cette activation chimique qui offre à l’eau son effet gazeux et son goût si particulier.

L’eau gazeuse naturelle est une eau qui renferme le dioxyde de carbone à sa source. En revanche, l’eau minérale gazéifiée a subi un ajout de gaz carbonique sous pression au moment de l’embouteillage.

L’eau pétillante permet d’améliorer sensiblement le confort intestinal après les repas. Toutefois, sa teneur élevée en sel est contre-indiquée chez les personnes souffrant de maladies rénales, de problèmes cardiaques ou d’hypertension artérielle.

Une consommation d’eau pétillante en trop grande quantité peut aussi engendrer des ballonnements ainsi qu’une irritation de l’intestin et de l’émail dentaire.

Les eaux filtrées au charbon ou aux billes en céramique

Certains consommateurs refusent de boire l’eau du robinet qu’ils jugent néfaste pour la santé. C’est pourquoi ils préfèrent utiliser des purificateurs d’eau pour éliminer certains polluants.

Utiliser un filtre à charbon permet de bénéficier de son action antibactérienne et antifongique majeure. Le filtre à charbon permet de purifier l’eau tout en la chargeant en bons minéraux. On dit que le charbon actif offre ainsi une double action à l’eau, comportant une phase de purification et de revitalisation.

Grâce à leur texture poreuse, les billes de céramique permettent également de filtrer une partie des micropolluants. L’argile constitue, en effet, une barrière aux résidus de pollution, au calcaire et au chlore. Notons qu’il faut en général une douzaine de billes par litre d’eau pour obtenir une filtration efficace.

Fruits et légumes

Été comme hiver, il est possible de boire de manière efficace autrement que par une boisson. En effet, certains fruits et légumes sont particulièrement riches en eau, comme le concombre, le céleri, la courgette ou la pastèque.

Manger des fruits et des légumes permet d’éviter la déshydratation, de combler nos besoins en vitamines et minéraux, et de bénéficier d’autres apports spécifiques à l’aliment en question.

Gorgée à 89 % d’eau, l’orange et le pamplemousse sont reconnus pour leur richesse en antioxydants et vitamine C. Avec près de 90 % d’eau, le melon permet également de lutter contre les risques d’hypertension, de cancer et de rétention d’eau. La courgette crue ou cuite est aussi une alliée de notre santé cardiaque et des intestins capricieux.

Si l’eau peut se consommer sans modération, d’autres boissons trop riches en sucres peuvent représenter un danger majeur pour notre santé. C’est le cas notamment des jus de fruits, des sodas ou de l’alcool. À éviter !

À lire aussi >>> Hydrothérapie : pourquoi l’eau peut-elle soigner ?

Articles liés

Les secrets du Moringa Oleifera

Quels remèdes naturels contre le reflux gastrique ? – Solutions santé naturelle

Les phytœstrogènes : comment consommer sans risque ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.