fbpx
A la une

Covid-19 et troubles du cycle menstruel : quels liens ?

Covid-19 et troubles menstruels : quels liens

Les effets du Covid-19 et de la vaccination ne finissent pas de nous inquiéter. Depuis plusieurs mois, des femmes se mobilisent pour faire reconnaître un lien entre le vaccin du Covid-19 et la perturbation de leur cycle menstruel. Focus sur les dernières études et les démarches à effectuer pour les femmes concernées.

Trouble du cycle menstruel : quel point de départ ?

Même si les autorités sanitaires n’établissent aucun lien entre la vaccination au Covid 19 et les troubles menstruels, la vigilance semble aujourd’hui de mise. En effet, plusieurs témoignages de femmes dans le monde rapportent un changement significatif de leur cycle menstruel après une infection ou après une injection de la première dose ou de la seconde dose de vaccin.

Les troubles menstruels étant un symptôme fréquent, beaucoup de plaintes n’ont pas été étudiées par les autorités sanitaires. La difficulté à imputer ces troubles menstruels à la vaccination reste, aujourd’hui encore, bien réelle.

Ces troubles du cycle menstruel interrogent d’autant plus qu’ils ne figurent pas dans les effets secondaires attendus (maux de tête, douleur, fatigue…).

Face aux nombreux signalements, certains chercheurs souhaitent aujourd’hui voir les troubles menstruels s’ajouter à la liste des effets secondaires.

Ce manque de transparence alimente une méfiance légitime de la population face aux bénéfices du vaccin. Pour bon nombre de femmes, des règles perturbées peuvent engendrer différentes peurs, comme celle d’une fertilité réduite ou de maladies gynécologiques plus ou moins graves.

Depuis le début de l’épidémie, les femmes se sont massivement emparées des réseaux sociaux pour faire part de leur détresse. Les femmes y évoquent des changements menstruels, précis, avec des modifications de la durée, de la fréquence ou de l’intensité du volume menstruel. Une augmentation de la dysménorrhée ainsi qu’une aggravation du syndrome prémenstruel (SPM) font aussi partie des signalements.

Ces déclarations pouvaient aboutir à des diagnostics précis, comme des déclenchements de :

  • ménorragie (flux menstruel trop abondant)
  • métrorragie (saignements anormaux entre les règles)
  • aménorrhée (règles absentes)
  • règles irrégulières
  • douleurs (ovaires, bas ventre, sein, etc.)
  • saignements anormaux (en période de ménopause par exemple)

Notons toutefois que la perturbation du flux post-vaccination Covid-19 est généralement transitoire. Dans tous les cas, la présence de règles perturbées doit impérativement mener à une consultation pour écarter tout autre dysfonctionnement. En effet, la présence d’une hémorragie peut être un signe annonciateur de cancer, surtout chez les femmes ménopausées ou prenant de la testostérone.

Plus de 10 000 signalements de troubles menstruels après injection du vaccin contre le Covid-19

En avril 2022, les centres régionaux de pharmacovigilance avaient analysé 9 381 déclarations d’anomalies du cycle menstruel, rapportées avec le Vaccin Comirnaty (Pfizer), et 1 557 déclarations avec le Vaccin Spikevax (Moderna).

À cette date, 58 millions d’injections avaient alors été faites chez les femmes avec le vaccin Pfizer, et 12 millions avec le vaccin Moderna. Des troubles du cycle menstruel peuvent survenir lors de la première dose, de la deuxième dose ou de la dose de rappel, qu’importe le vaccin.

Dans le reste du monde, l’afflux de signalements est aujourd’hui pris très au sérieux, au point de déclencher une avalanche d’études internationales sur le sujet. Parue dans la revue Science Advances, une étude majeure portait sur les données de 35 000 femmes de moins de 45 ans non contaminées au Covid-19. Les femmes en pré-ménopause , en post-ménopause ou ayant subi une hystérectomie ont été écartées pour ne pas fausser les résultats.

L’enquête a signalé des symptômes récurrents post-vaccination comme des cycles menstruels plus longs ou plus courts. Cette caractéristique touche particulièrement certains profils de femmes comme celles :

  • ayant déjà vécu une grossesse (avec des règles très abondantes) ;
  • sous contraception hormonale ;
  • sous THS et sous testostérone ;
  • souffrant d’une maladie gynécologique type endométriose, fibrome, ménorragie.

Selon l’Agence du médicament (ANSM), la vaccination engendre des saignements abondants chez 42 % des femmes, avec un pourcentage qui monte à 66 % chez les femmes en ménopause, alors qu’elles n’avaient plus de menstruations.

Comment réagir si vous êtes concernée ?

Plus de 50 % de la population mondiale est concerné par les menstruations. Souffrir de troubles menstruels engendre de nombreux problèmes, comme un impact défavorable sur la qualité de vie.

Les femmes sujettes à des troubles menstruels subissent aussi des inégalités socio-économiques majeures. Par ailleurs, le cycle menstruel est reconnu comme un indicateur fort de la santé et du bien-être général.

Pour les femmes concernées, il est conseillé de consulter un médecin pour faire part de vos symptômes. Vous pouvez également vous rendre sur le portail du ministère de la Santé et remplir le formulaire. Notons que L’ANSM a mis en ligne un guide d’aide à la déclaration pour faciliter votre démarche.

Sources :

https://www.santelog.com/actualites/vaccin-covid-et-regles-dereglees-un-effet-ne-pas-negliger

https://www.nbcnews.com/science/science-news/menstruation-changes-covid-vaccines-rcna38348

https://www.science.org/doi/10.1126/sciadv.abm7201

https://ansm.sante.fr/actualites/troubles-menstruels-apres-la-vaccination-contre-le-covid-19-etat-des-connaissances-et-conseils-aux-femmes-concernees

https://signalement.social-sante.gouv.fr/psig_ihm_utilisateurs/index.html#/accueil

Articles liés

10 Signes d’alerte d’un foie engorgé

Le régime méditerranéen : comment bien programmer son régime ?

CBG : ses effets prometteurs pour traiter certaines maladies chroniques

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.