fbpx
A la une Régimes

Le SIBO : une maladie complexe de l’intestin

SIBO-maladie-intestin_Solutions santé naturelle

Le Small Intestinal Bacterial Overgrowth (SIBO) se caractérise par une prolifération excessive et anormale de bactéries dans l’intestin grêle. Difficile à diagnostiquer, on la confond souvent avec d’autres maladies chroniques, comme l’intolérance au lactose ou les symptômes du syndrome du côlon irritable (SCI). Analyse d’une maladie complexe et les solutions naturelles pour l’apprivoiser.

Le SIBO : de quoi s’agit-il ?

Notre tube digestif est naturellement occupé par une multitude de micro-organismes constituant le microbiote. L’intestin grêle bénéficie donc de bactéries aérobies présentes en faible quantité. Le côlon est en revanche colonisé par des bactéries anaérobies présentes en quantité importante.

Le SIBO se déclenche par la migration anormale des bactéries de notre côlon vers notre intestin grêle. En colonisant un endroit qui n’est pas le leur, ces bactéries provoquent alors un ensemble de troubles digestifs.

Cet inconfort est lié au fait que les bactéries anaérobies commencent le travail beaucoup trop en amont dans le tube digestif. Les symptômes du SIBO sont toutefois variés et dépendent du nombre de bactéries colonisées dans l’intestin grêle.

Les patients disent généralement souffrir de ballonnement chronique et de gaz. Ces flatulences sont alors en lien avec la production de méthane, d’hydrogène sulfureux et d’hydrogène issue de la fermentation des bactéries anaérobies dans l’intestin.

Quels sont les signes et symptômes du SIBO ?

Les symptômes les plus fréquemment répertoriés sont :

  • une perte de poids involontaire et/ou la perte d’appétit ;
  • une dépression ;
  • des douleurs articulaires ;
  • une carence en vitamine B 12 et une fatigue chronique ;
  • de l’ostéoporose ;
  • des calculs rénaux ;
  • des pertes de mémoire, etc.

Au niveau de l’intestin, les signes à prendre en compte sont :

  • des diarrhées ou des glaires dans les selles ;
  • des douleurs abdominales chroniques ;
  • les nausées et/ou les vomissements ;
  • des reflux gastro-œsophagiens.

Quand consulter son médecin traitant ?

Notons que l’ensemble des symptômes cités peuvent correspondre à d’autres pathologies de l’intestin. C’est le cas de l’intestin irritable ou de la maladie cœliaque, par exemple. N’hésitez pas à prendre rendez-vous avec votre médecin traitant si ces symptômes sont nombreux et s’inscrivent dans la durée.

Une consultation en urgence est alors recommandée si vous observez de fortes diarrhées, une perte de poids rapide ou des douleurs abdominales persistantes.

Quelles sont les causes ?

Le SIBO peut s’expliquer par différents phénomènes, à commencer par une diminution de l’acidité au niveau de l’intestin c’est ce qui signifie une hypochlorhydrie. En effet, une acidité normale de l’estomac permet de détruire certaines bactéries et d’en ralentir le développement.

La présence d’un SIBO peut aussi être due à l’absorption de certains médicaments propices à la prolifération bactérienne. C’est notamment le cas de certains antibiotiques et IPP (inhibiteurs de la pompe à protons) consommés pour réduire les brûlures d’estomac.

Notons qu’un affaiblissement de la production d’enzymes pancréatiques est aussi évoqué ainsi qu’une insuffisance biliaire. Un manque de bile a alors pour effet de ralentir considérablement le transit intestinal. Ce dysfonctionnement entraîne ensuite une stagnation des aliments responsables des fermentations et des gaz.

Pourquoi les bactéries prolifèrent dans l’intestin ?

Parmi les autres causes évoquées, on cite fréquemment certaines interventions chirurgicales sur les intestins. Le stress et la fatigue chronique sont aussi recensés, en raison d’un ralentissement de l’afflux sanguin dans la zone de l’intestin. Le ralentissement de la motilité intestinale encourage la prolifération bactérienne, due à une digestion partiellement inachevée.

Quels sont les facteurs de risque ?

La présence de diverticules dans le gros intestin, d’une tumeur ou d’une sténose constitue un facteur de risques. Notons que certaines pathologies fonctionnelles ou anatomiques augmentent également le risque de développer une SIBO. C’est le cas notamment de :

  • la maladie cœliaque ;
  • le syndrome de l’intestin irritable ;
  • l’insuffisance rénale ;
  • le diabète, etc.

Une récente étude a ainsi montré une prédominance des cas chez les personnes atteintes de pancréatites chroniques et de cirrhose biliaire primitive.

Quelles sont les complications ?

Le SIBO est une maladie fréquente chez les personnes souffrant de carences nutritionnelles. En proliférant dans l’intestin grêle, les bactéries du côlon provoquent une inflammation et une dégradation de la paroi intestinale. On constate une mauvaise absorption des graisses, des glucides et des protéines.

Les bactéries présentes en excès deviennent plus nombreuses que les acides gras aux vertus anti-inflammatoires. Par conséquent, la fonction biliaire est défaillante et les carences en fer et vitamine B 12 augmentent. La prolifération des bactéries du côlon dans l’intestin est à l’origine de la dysbiose. Celle-ci provoque aussi une inflammation de l’intestin en lien avec la fermentation et la putréfaction qu’elle exerce.

En proliférant dans l’intestin grêle, les bactéries du côlon entraînent un phénomène de mauvaise absorption de nutriments, comme les vitamines liposolubles et les protéines. Dans certains cas, les bactéries provoquent une porosité intestinale, responsable du phénomène Leaky Gut. Ce dernier se caractérise par l’invasion de particules alimentaires non digérées dans le sang et provoquant un état inflammatoire.

Comment se fait le diagnostic du SIBO ?

Deux méthodes permettent de diagnostiquer un SIBO, à commencer par une analyse du liquide contenu dans le jéjunum de l’intestin grêle. Toutefois, l’utilisation d’un test respiratoire au lactulose est souvent préférée pour analyser les gaz rejetés après leur ingestion. Notons qu’un excès en méthane et hydrogène peut être une piste relativement fiable.

Actuellement, des chercheurs canadiens travaillent aussi à la mise en place d’une capsule à avaler permettant de détecter rapidement les bactéries.

Quelles sont les solutions naturelles contre le SIBO ?

Lutter contre le SIBO est une démarche complexe, dans la mesure où aucun traitement efficace n’existe à ce jour. Toutefois, l’adoption d’une hygiène de vie favorable reste une démarche prometteuse pour les malades.

Pour améliorer les symptômes, nous conseillons de faire une cure de prébiotiques et probiotiques, couplée à une diète FODMAP’S pauvre en fibres. Cette dernière se caractérise par une alimentation pauvre en glucides fermentescibles, idéale pour rééquilibrer le microbiote.

Dans le cas d’un SIBO, nous conseillons de pratiquer une activité physique régulière et d’adopter des techniques pour réduire le stress. Renforcer le système immunitaire permet d’éviter le risque de rechute. Notons que certains aliments antifongiques comme l’ail (l’allicine), les plantes riches en berbérine, l’origan et l’huile de neem viennent assainir rapidement la flore.

Avertissement : Les informations mentionnées dans cet article sont données à titre indicatif, elles ne sauraient en aucun cas se substituer à un avis médical, ni engager notre responsabilité. Une persistance ou une aggravation des manifestations nécessitent de consulter rapidement son médecin traitant.

Source : https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/microbiote-intestinal-flore-intestinale

Articles liés

L’importance du petit déjeuner

Analyses sanguines : que disent vos résultats ?

L’huile essentielle d’Origan compact

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.