fbpx
A la une Alimentation Bien manger

Top 7 des sucres et édulcorants pour remplacer le sucre blanc raffiné

Alternative-sucre-blanc

Le sucre blanc est un aliment provenant de deux plantes sucrières : la canne à sucre et la betterave sucrière. Il faut que le sucre passe par les étapes de décoloration et de purification pour qu’on le considère comme étant “raffiné”. Vous souhaitez trouver des alternatives pour remplacer le sucre blanc raffiné dans votre alimentation ? Nos spécialistes vous partagent leurs solutions.

Qu’est-ce que le sucre blanc ou sucre raffiné ?

Sucre blanc raffiné : les étapes de transformation

Pour prélever le sucre, la betterave et la canne à sucre sont d’abord récoltées avant d’être rincées, puis broyées. Les plantes subissent ensuite un processus de pressage afin d’obtenir un jus sucré. Pour extraire le sucre du jus, ce dernier est mélangé à de l’eau chaude et à du lait de chaux pour enlever les impuretés.

Pour éliminer la chaux présente dans le jus, les industriels incorporent généralement du gaz carbonique. Le liquide subit ensuite un temps de filtration afin qu’on lui enlève son calcium. Notons que le jus purifié est toujours chauffé dans une cuve à 80 degrés. C’est lorsque l’eau s’évapore que le sucre se cristallise pour former des petits cristaux.

Notons que la betterave produit naturellement un sucre de couleur blanche. Le sucre blanc de la betterave sucrière constitue d’ailleurs la majorité du sucre blanc vendu en France. La canne à sucre produit, quant à elle, un sucre naturellement roux que l’on connaît également sous le nom de cassonade.

Pour obtenir un sucre blanc avec du sucre roux, on utilise le traitement spécifique du raffinage. La première étape consiste à enlever les impuretés présentes dans le sucre roux. Pour y parvenir, les industriels mélangent le sucre à un agent décolorant. Le mélange obtenu est ensuite acheminé vers une centrifugeuse permettant de récolter les cristaux du sucre dépigmentés. Ces cristaux s’incorporent enfin dans de l’eau pour obtenir un sirop incolore.

À cette étape du raffinage, il convient de filtrer le sirop avant de le faire bouillir sous vide. Lorsque le sirop est concentré, les industriels ajoutent de fins cristaux de sucre pour amalgamer le tout en gros cristaux. L’ensemble des cristaux est ensuite séché dans des tambours pour obtenir un sucre blanc raffiné.

Sucre blanc vs sucre roux : différences et apports nutritionnels

Qu’il s’agisse de canne à sucre ou de betterave, le sucre présent dans les plantes s’appelle du saccharose. Le sucre de la betterave se cultive généralement en France au nord de la Loire. La France est aujourd’hui le deuxième producteur de sucre de betterave dans le monde.

Le sucre de canne se cultive en France dans les départements de la Guadeloupe, de la Réunion et de la Martinique. Toutefois, il est fortement concurrencé par d’autres pays, comme le Brésil, l’Afrique, l’Inde ou la Chine.

Sur le plan de la santé, le sucre roux (389 kcal/100 g) affiche une valeur calorique légèrement inférieure au sucre blanc (399 kcal/100 g). Sa richesse en minéraux est aussi légèrement supérieure (avec 1,23 % contre 0,02 % pour le sucre blanc). Toutefois, les apports nutritionnels des deux sucres sont relativement semblables par rapport aux portions journalières.

Quels sont les dangers du sucre blanc ?

Sucre raffiné et consommateurs : les raisons d’une addiction

L’attirance de l’homme pour le sucre est innée, dans la mesure où le lait maternel donné au nourrisson est naturellement sucré. On associe d’ailleurs le sucre à une source d’énergie majeure, indispensable au développement cognitif et à la croissance. Le sucre blanc se compose de saccharose, que l’on obtient à partir d’un mélange de fructose et de glucose. En stimulant les zones du plaisir, le sucre agit sur notre cerveau, qui en redemande davantage.

Il faut dire que le sucre libère aussi de l’endorphine qui est l’« hormone du bonheur ». Consommer du sucre apparaît donc comme une source de bien-être et de réconfort. Consommé en excès, le sucre engendre une sursollicitation du foie, qui est incapable de le métaboliser. Sans dépense physique, le sucre absorbé se transforme en graisse, et augmente le risque de diabète et d’obésité. Selon une étude menée sur des rats, la dépendance au sucre serait même comparable à une dépendance à la cocaïne.

Consommation de sucre raffiné : les conséquences sur la santé

Aujourd’hui, les Français affichent une consommation de sucre de 30 kilos par an en moyenne (contre 5 kilos seulement il y a un siècle). Il faut dire que cet additif se présente en quantité importante dans bon nombre de produits transformés (sodas, biscuits, conserves, plats préparés, etc.).

Ennemi de la diététique, le sucre favorise de nombreuses maladies, comme le diabète, l’hypertension, les maladies cardio-vasculaires et l’obésité. Le sucre encourage le développement de certains cancers comme celui du sein, du pancréas, du côlon ou de l’estomac.

Consommer trop de sucre raffiné détruit notre flore bactérienne et épuise notre système immunitaire. Il accélère le vieillissement de nos cellules et agit sur notre foie de la même manière que l’alcool. L’Université de Harvard tire d’ailleurs la sonnette d’alarme, après une étude menée auprès de plusieurs milliers d’adultes américains sur 15 années. Les conclusions ont effectivement établi un risque élevé de mourir d’une maladie cardiaque pour les personnes dont l’apport journalier en sucre dépasse 25 %.

Face à ce constat, l’ANSES recommande aujourd’hui de limiter notre consommation de sucre à 100 g par jour, dont une seule boisson sucrée de type jus de fruits.

Top 7 des alternatives naturelles pour remplacer le sucre blanc

Le sucre de coco

Le sucre de coco est un sucre extrait de la fleur du cocotier. Pour l’obtenir, il convient de recueillir sa sève (le toddy) dans un récipient, puis de le chauffer jusqu’à ce que l’eau s’évapore entièrement. Après évaporation, il reste le sucre de la coco, particulièrement riche en vitamines, minéraux et polyphénols.

Selon les autorités des Philippines, l’indice glycémique (IG) du sucre de coco serait de 35, contre 60 pour le sucre blanc raffiné. Toutefois, l’intérêt du gouvernement à promouvoir le sucre de fleur de coco tend à relativiser ces données encourageantes. En effet, la composition du sucre de coco est aujourd’hui semblable à celle du sucre de table, comprenant du saccharose, avec moitié de fructose et de glucose.

Le sucre de canne

Le sucre de canne complet est extrait de la canne à sucre après un processus de broyage et de déshydratation. Comme il ne subit aucun raffinage, il conserve l’intégralité de ses nutriments comme le phosphore, le calcium, le potassium ou le fer. Son IG reste néanmoins élevée (70), ce qui implique une consommation modérée, notamment chez les sujets diabétiques.

Le sucre de palmier

Originaire du Cambodge, le sucre de palmier se démarque par son goût légèrement caramélisé. Contrairement au sucre blanc, il s’agit d’un produit non raffiné, fabriqué à partir de l’évaporation naturelle de la sève.

Par conséquent, il conserve l’ensemble de ses nutriments comme le cuivre, le zinc, la vitamine B12 ou le potassium. Malgré son fort pouvoir sucrant, son indice glycémique est limité à 50, raison pour laquelle il est délivré plus lentement dans le sang.

Le sucre Mascobado

Également appelée sucre de Muscovado, cette alternative est originaire des Philippines et de l’Ile Maurice. Il s’agit d’un sucre de canne complet non raffiné, reconnaissable par sa couleur brune et sa teneur en mélasse. On l’obtient en chauffant le jus issu de la canne à sucre, qui sera séché puis broyé après évaporation de l’eau.

Son pouvoir sucrant est supérieur à un sucre raffiné, ce qui permet de réduire sa quantité de 25 %. Il a l’avantage de conserver l’ensemble de ses nutriments, comprenant la vitamine B3, B5, B6, B9, son potassium et son magnésium. Son IG est de 70, ce qui reste inférieur à celui du sucre blanc.

La sève de Kitul

Cette alternative provient des fleurs de Caryota Urens du Sri Lanka. Il s’agit d’un palmier produisant une sève à partir de la tige de la fleur. Lorsque le jus est bouilli, les industriels obtiennent un sirop brun avec un goût proche du caramel.

La sève de Kitul offre un apport calorique plus faible que le sucre conventionnel. Il s’agit en réalité d’un mélange à parts égales de fructose, de glucose et de saccharose. Ses principales qualités résident dans sa teneur en vitamine B12, vitamine B1 et vitamine C. Sa richesse en fer et en calcium le rend aussi plus avantageux que le sucre de canne ou de betterave.

Le sucre de dattes

Le sucre de dattes est une alternative que l’on obtient à partir du broyage de dattes déshydratées. On le trouve essentiellement dans le sud de la Tunisie près de l’oasis de Nouaiel. En plus d’une fabrication douce, la poudre de datte a l’avantage de conserver l’ensemble de ses nutriments comme les fibres, les flavonoïdes, les vitamines et les minéraux. Son pouvoir sucrant est important, avec un indice glycémique inférieur à celui des autres sucres (68).

Le sirop d’agave

Le sirop d’agave est un aliment extrait de la plante d’agave majoritairement cultivée au Mexique. Cette alternative au sucre dispose d’un indice glycémique faible, puisque le fructose qu’il contient s’élève à 90 % (celui-là même agissant sur la baisse de l’IG). En fonction de son processus de fabrication, notons que l’indice glycémique du sirop d’agave est variable du simple au double (50 à 90). Veillez aussi à le choisir le plus naturel possible.

À lire aussi >>> Le Yacon : une alternative au sucre

Sources :

https://www.lanutrition.fr/le-sucre-de-noix-de-coco-est-il-meilleur-que-le-sucre-ordinaire

https://www.selection.ca/sante/prevention/danger-du-sucre-25-raisons-qui-prouvent-ses-mefaits-sur-votre-sante/

Articles liés

5 Solutions naturelles pour booster son système immunitaire

Routine capillaire pour éviter d’avoir les cheveux secs

Le Ravintsara : une huile essentielle aux multiples vertus

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.