fbpx
Alimentation Bien manger

Le sucre nourrit le cancer : vrai ou faux ?

Cancer-stop-sucre

Depuis plusieurs années, certaines études évoquent l’influence du sucre dans le développement et la croissance de certaines cellules cancéreuses. Il faut dire que le sucre est un aliment particulièrement présent au quotidien dans nos assiettes. Entre mythe et réalité, nos rédacteurs font le point sur la question.

Sucre : de quoi parle-t-on ?

Il existe différents types de sucres comme le glucose et le fructose. Ces molécules s’assemblent sous forme de chaînes de molécules appelées glucides. Les glucides constituent l’une des premières sources d’énergie de notre organisme.

Des aliments comme les céréales, les féculents, les fruits, le sucre de table ou le lait se transforment en glucose sanguin lorsqu’ils sont ingérés. Or, on sait que le glucose répond au besoin d’énergie de nos cellules saines.

Les cellules saines et les cellules cancéreuses ont un point commun fondamental : elles ont besoin de glucose pour survivre et se multiplier. Dans le cadre d’une alimentation pauvre en sucre, les cellules vont jusqu’à transformer les protéines et les graisses en glucose.

C’est donc à partir de cette observation que le mythe reliant sucre et cancer est apparu. Toutefois, les cellules saines et cancéreuses puisent leur énergie dans d’autres nutriments que le sucre. C’est le cas par exemple des graisses et des acides aminés. À défaut de tuer les cellules cancéreuses, supprimer le sucre de notre alimentation pourrait surtout nuire aux cellules saines.

Le lien entre sucre et cancer : vers la fin d’un mythe ?

Selon la World Cancer Research Fund, aucune preuve scientifique solide ne peut établir un lien formel entre sucre et augmentation des cellules cancéreuses.

Néanmoins, les aliments riches en sucre sont des aliments particulièrement caloriques. Leur consommation favoriserait l’obésité et le diabète de type 2, eux-mêmes étant un facteur de risque de développer certains cancers et maladies cardiovasculaires. La Société canadienne du Cancer ou l’Oncology Nutrition parvient à des conclusions similaires.

Ces mêmes études évoquent un risque majeur pour la santé des régimes sévèrement restreints en sucre (le régime cétogène par exemple). Si le sucre aide les cellules cancéreuses à vivre, elles permettent surtout aux cellules saines de se multiplier. Se priver de sucre peut donc entraîner un risque de se priver d’aliments particulièrement riches en vitamines et fibres de qualité.

La thérapie métabolique : une solution contre le cancer ?

Le souci majeur des cellules cancéreuses est qu’elles se développent rapidement. La thérapie métabolique consiste à priver les cellules cancéreuses des nutriments responsables de leur croissance. Dans certains cas spécifiques, un régime cétogène pourrait améliorer les effets de certains agents anticancéreux. Toutefois, des études ont montré que cette sensibilité des cellules cancéreuses au sucre était assez marginale.

Des études ont davantage ciblé certains acides aminés dans le mécanisme de croissance de certaines tumeurs. C’est notamment le cas de la méthionine, dont la teneur en soufre impacte le métabolisme et la synthèse des composants de l’ADN.

Certaines thérapies, comme le 5-FU ou la radiothérapie, agissent d’ailleurs sur les voies métaboliques qui impliquent la méthionine. Diminuer ses apports en méthionine reste donc envisageable par la mise en place d’un régime majoritairement végétarien.

Le sucre un facteur de risque modifiable pour prévenir le cancer

Les résultats de la cohorte prospective NutriNet-Santé sur le lien entre consommation de produits sucrés et risque de cancer sont édifiants.

Les résultats de la cohorte prospective NutriNet-Santé sur l’apport en sucre totaux, sucre ajouté, types de sucre et risque de cancer suggèrent que les sucres pourraient jouer un rôle dans la cause du cancer par le biais de mécanismes liés à l’obésité, l’inflammation, le stress oxydant ou l’insulino-résistance.

Les premiers résultats de cette étude publiée en 2019 dans le British Medical Journal (BMJ) avaient montré le lien entre une consommation de boissons sucrées, de produits laitiers, et de desserts lactés sucrés et une augmentation du risque de cancer du sein. Ces associations étaient plus spécifiquement observées chez les femmes pré-ménopausées.

Le sucre apparaît donc comme un facteur de risque modifiable dans la prévention primaire de certains cancers.

Enfin notons que l’éviction du sucre de notre alimentation n’engage pas forcément une guérison nette et rapide du cancer. D’autres objectifs peuvent toutefois aider à la prévention, comme adopter une alimentation saine, sans sucre ajouté, avec la pratique d’une activité physique régulière. Jeûner pourrait être aussi favorable pour lutter contre le cancer, à condition que la pratique dispose d’un encadrement parfait sur un plan médical.

À lire aussi >>> Top 7 des sucres et édulcorants pour remplacer le sucre blanc raffiné
À lire aussi >>> Addiction au sucre : 5 astuces pour éviter les excès
Sources :
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32936868/
https://news.cancerresearchuk.org/2020/10/20/sugar-and-cancer-what-you-need-to-know/
https://www.bmj.com/content/366/bmj.l2408

Articles liés

Lait de chamelle : un lait digeste allié de notre santé

Les graines germées : un concentré d’énergie

Le Soda: responsable de cas d’infertilité ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.