fbpx
Alimentation Bien manger

Obésité abdominale : les pires aliments à éviter

Obésité-abdominale

L’obésité abdominale se caractérise par un excès de graisse au niveau du ventre. Elle est visible lorsqu’elle laisse apparaître une bedaine. Toutefois, il existe une graisse invisible qui se loge autour du foie et des intestins : il s’agit de l’adiposité viscérale, qui est considérée comme dangereuse pour la santé.

Qu’est-ce que l’obésité abdominale ?

L’obésité est un excès de masse grasse général. Un excès placé autour de la taille correspond à une obésité androïde.

Un excès de graisse abdominale n’est pas toujours synonyme de surpoids. C’est pourquoi réaliser un IMC (Indice de Masse Corporelle) n’est pas suffisant pour la détecter.

Pour évaluer une obésité abdominale, la mesure la plus indiquée est l’impédancemétrie. Cette dernière est réalisée à l’aide d’une balance spéciale permettant de contrôler différents facteurs comme :

  • le poids ;
  • la masse graisseuse ;
  • l’IMC ;
  • la graisse viscérale ;
  • la masse musculaire ;
  • la masse maigre ;
  • l’eau corporelle totale ;
  • la masse minérale osseuse ;
  • le taux métabolique de base ;
  • l’âge métabolique.

Certains signes peuvent nous aider à la détecter précocement. Des anomalies comme un excès de cholestérol ou une tension artérielle doivent être prises en compte. Un tour de taille augmenté peut également induire un excès de graisse dans les organes. En France, les autorités sanitaires évaluent l’obésité abdominale selon les mesures suivantes :

  • Pour un homme : un tour de taille supérieur ou égal à 94 cm ;
  • Pour une femme : un tour de taille supérieur ou égal à 80 cm.

La graisse abdominale favorise la sécrétion de substances pro-inflammatoires. Ces substances participent au développement de nombreuses maladies chroniques comme les maladies cardio-vasculaires. C’est également une des anomalies du syndrome métabolique pouvant conduire à un diabète de type 2.

Une adiposité viscérale présente en effet plus de cellules, plus de récepteurs hormonaux et un flux sanguin plus important. Cette graisse se situe également vers la veine porte, qui achemine le sang de l’intestin vers le foie. Le foie est donc exposé à davantage d’acide gras, ce qui augmente la formation de graisse dans le sang. Un taux de graisse dans le sang est aussi responsable de l’insulinorésistance, de troubles du sommeil ou d’hypertension.

Les causes de l’obésité abdominale sont variables d’un individu à l’autre. Des facteurs génétiques, d’une part, peuvent expliquer une tendance à accumuler les graisses dans certaines zones de l’organisme. Il existe également des facteurs de genre, les hommes étant plus exposés au risque de développer une graisse viscérale. Il existe enfin des causes extérieures, comme l’alimentation et l’hygiène de vie.

Cette mise en réserve des graisses, aussi appelée lipogenèse, peut être aggravée par différents facteurs comme :

  • la sédentarité ;
  • une mauvaise alimentation ;
  • l’alcool ;
  • le tabac ;
  • le manque de sommeil ;
  • le stress.

Notons que la graisse abdominale peut également survenir avec l’âge. Au-delà de 60 ans, la graisse viscérale augmente, surtout chez la femme après la ménopause. L’andropause et une diminution du taux de testostérone chez l’homme vont engendrer une augmentation du tour de taille.

Les aliments à éviter et les solutions possibles

Nous l’avons vu, une mauvaise alimentation va considérablement favoriser l’obésité abdominale. C’est notamment le cas chez les personnes ayant des prédispositions génétiques. L’alimentation transformée et ultra-transformée sont des vecteurs d’adiposité viscérale. Les plus caloriques et dangereux sont :

  • les beignets ;
  • le fast-food (pizza à la viande, burgers, frites) ;
  • la bière ;
  • les sodas ;
  • les chips ;
  • la viande rouge grasse.

Pour lutter contre l’obésité androïde, le premier réflexe est de s’interroger objectivement sur son mode de vie. L’enjeu est d’analyser le contenu de votre assiette, tout comme certaines addictions comme le tabac ou l’alcool. Un manque d’activité physique est également à prendre en compte, surtout si vous pratiquez une profession sédentaire.

Adopter une alimentation basée sur le régime méditerranéen est favorable à votre santé. Votre assiette doit en effet privilégier des aliments non transformés comme les fruits, les légumes, les céréales complètes, les oléagineux, les poissons gras et les viandes blanches. Les sodas doivent être remplacés par une hydratation quotidienne à l’eau, au thé ou tisane.

Enfin, pratiquer une activité physique régulière est vivement conseillé. La pratique de 5 h de sport par semaine (marche, nage, Pilates…) constitue un minimum.

Lutter contre le stress permet également de mettre votre corps au repos, à l’aide d’outils efficaces comme la méditation ou la respiration par exemple. Cette pratique régulière favorise également un meilleur sommeil, qui, idéalement, devrait durer entre 7 et 9 heures en moyenne. La lutte contre l’obésité abdominale est un processus global. N’hésitez pas à consulter un professionnel de santé pour vous aider à lutter contre un excès de graisses abdominales.

Sources :

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6738391/
https://corinnegoldfarbe.fr/linteret-de-limpedancemetrie/
https://institutduventre.fr/obesite-centrale/

Avertissement : L’ensemble des informations mentionnées n’est donné qu’à titre indicatif et ne se substituent en aucun cas à un avis médical. Une persistance ou une aggravation des manifestations nécessitent de consulter rapidement son médecin traitant.

Articles liés

La mousse de mer : le superaliment aux multiples bienfaits

5 alternatives originales à la farine de blé

6 protéines végétales indispensables pour manger moins de viande

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.