fbpx
Alimentation Bien manger

Top 5 des micropousses hyper nutritives !

Top 5 des micropousses hyper nutritives

Vous vous alimentez sainement et votre assiette contient toutes les valeurs nutritionnelles dont vous avez besoin. Mais avez-vous déjà testé les micropousses ? Très en vogue depuis quelques années, ces mini-plantes dites « immatures » allient un goût délicieux à des vertus inestimables pour votre organisme. Cinq d’entre elles nous ont interpelés.

Les restaurateurs raffolent des micropousses ! La raison ? Elles décorent joliment les plats ! Car leurs couleurs, très concentrées (rose, rouge vif, blanc, jaune, orange), offrent un plaisir visuel inégalé. Et leurs saveurs sont bien plus goûteuses que celles de leurs ainées. Mais leurs vertus ne s’arrêtent pas là… 

Les micropousses, c’est quoi ?

Il existe plus de 300 variétés de micropousses. Et au risque de vous étonner, elles sont toutes parfaitement comestibles ! Avant de devenir mature, la plante passe par différents stades après que la graine soit plantée (à ne pas confondre avec le bulbe utilisé comme organe de stockage de nourriture) :

  • Le germe,
  • La micropousse,
  • La jeune pousse,
  • La plante adulte.

Les micropousses correspondent à la deuxième étape de la vie des plantes. Elles sont donc récoltées de manière précoce, juste avant que les « vraies » feuilles ne pointent leur nez. Leur particularité ? Elles peuvent fournir 4 à 6 fois plus de nutriments que leurs ainées en fin de parcours.

Elles sont enrichies, la plupart du temps, en acides aminés, sucres, acides gras, enzymes, vitamines, minéraux, carotènes, fibres et chlorophylle. Et en plus d’être particulièrement nutritives, elles se digèrent plus facilement que les légumes verts.

On peut trouver dans le commerce une multitude de variétés de micropousses : moutarde, lentilles, blé, pois verts, raifort, ail, poireaux, la liste est longue et non exhaustive ! Nous vous délivrons ici le secret de celles qui nous ont le plus séduits.

Micropousses de tournesol

Micropousses de tournesol

Les micropousses de tournesol sont parmi les plus populaires. Et pour cause !

Les nombreuses vitamines qu’elles renferment (A, B, E, K) leur donnent un pouvoir antioxydant, anti-inflammatoire et antimicrobien. Elles participent ainsi au bon fonctionnement du système nerveux, augmentent l’immunité, réduisent les radicaux libres et diminuent les symptômes liés à l’arthrite ou l’asthme.

Enfin, elles sont truffées de sels minéraux (calcium, fer, potassium, sélénium, zinc, magnésium et phosphore) qui ont un rôle essentiel dans le fonctionnement de l’organisme : fabrication des protéines, régulation du taux de sucre par l’insuline, maintien, entre autres, de la santé des cellules, des cheveux, de la peau et des ongles.

Une poignée de micropousses de tournesol contient seulement 160 calories et 12 grammes de graisses mono-insaturées et polyinsaturées. Quoi de mieux pour nous protéger des infarctus, des AVC (accidents vasculaires cérébraux) et du diabète ?

Parfaites pour agrémenter une soupe, une salade ou un sandwich, les micropousses de tournesol ont une texture croquante et un délicat goût de noisette. À vos papilles !

Micropousses de brocoli

Micropousses de brocoli

Si l’on devait choisir les micropousses les plus nutritives, ce serait sans aucun doute les brocolis.

Tout comme leurs congénères, elles sont riches en vitamines A, B, C et E, ainsi qu’en minéraux tels que le calcium, le cuivre, le fer, le magnésium, le phosphore et le zinc.

Mais ce n’est pas tout.

Avec le chou frisé et les pousses de daïkon (grand radis blanc originaire du Japon), elles contiennent la plus forte concentration de précurseurs nécessaires à la fabrication du sulforaphane, un composé antioxydant puissant. 

De nombreuses études scientifiques ont d’ailleurs confirmé la capacité du sulforaphane à réduire le risque de maladies cardiovasculaires ainsi que le diabète, et à diminuer l’inflammation chez les personnes en surpoids. Il préviendrait aussi les cancers de l’estomac, du côlon et de la prostate. (1) 

Autant de bonnes raisons de consommer des micropousses de brocoli sans modération ! D’autant plus qu’elles sont douces, croquantes, acidulées, légèrement amères, et que l’on peut les déguster crues ou cuites.

Elles s’adaptent à toutes les recettes, que ce soient des soupes ou des smoothies, des quiches ou des omelettes, des salades ou des sandwichs.

Micropousses de chou rouge

Micropousses de chou rouge

Dans la famille des micropousses de choux, choisissez sans hésiter le… rouge ! La raison ? Ses micropousses sont bien plus précieuses en nutriments que ses petites camarades.

Vitamines C, A, E, D, K, minéraux (phosphore, calcium, magnésium, potassium, fer), tout y est !

Elles sont par ailleurs fortement antioxydantes et réduisent les radicaux libres responsables du vieillissement prématuré.

Sans oublier leur complément en soufre, qui contribuerait à diminuer le « mauvais » cholestérol et l’acide urique dans notre organisme.

Et bien évidemment, tout comme pour le brocoli, elles possèdent une forte concentration de sulforaphane, l’anti-cancer par excellence.

Rajoutons à ce cocktail leur teneur en acide lactique, qui joue un rôle fondamental dans divers processus biochimiques, notamment la production d’énergie musculaire.

Craquantes sous la dent et un peu amères, elles ont un goût comparable au chou rouge, mais leur texture est bien plus tendre. Dotées de minuscules feuilles vert foncé, elles sont pourvues de jolies tiges mauve pâle.

Elles agrémentent aisément les salades, les sandwiches, voire les soupes, mais on peut aussi les utiliser en accompagnement de viandes rouges ou de volailles.

Micropousses de radis

Micropousses de radis

Un bouquet de radis à l’apéritif, il n’y a rien de meilleur, surtout s’il est accompagné de quelques grammes de sel de Guérande et d’une pointe de beurre ! Mais saviez-vous que les micropousses de radis font partie des recettes culinaires les plus convoitées chez les gourmands ? On peut les consommer en smoothie, mélangées avec des mangues ou des kiwis, en burger pour relever le poulet, en salade avec du riz ou de la semoule de blé, dans les veloutés, etc. 

Mais leur popularité vient surtout de leur grande teneur en vitamines C, K, et E !  Les micropousses de radis (rose ou daïkon) sont des antioxydants puissants contre le cancer, les pathologies cardiaques et le diabète. Elles ont un étonnant pouvoir diurétique et anti-inflammatoire, elles aident à prévenir la constipation et apaisent l’appareil digestif s’il est en souffrance.

Elles contiennent également du zinc (il stimule les défenses immunitaires et protège du vieillissement cellulaire), de la vitamine B (excellent pour votre système nerveux), du manganèse (efficace contre le stress oxydatif), du cuivre, du sodium, du phosphore, des fibres alimentaires, ducalcium,du fer, du magnésium et bien d’autres éléments tout aussi estimables.  

Un concentré d’énergie au menu avec ces mini-pousses très colorées et croquantes, au goût sucré et poivré ! 

Micropousses de coriandre

Micropousses de coriandre

Ces mini-plantes du Moyen-Orient (appelées aussi persil de Chine ou persil arabe) ont tout pour plaire ! Condimentaires et médicinales, elles sont cultivées à la fois pour leurs graines et pour leurs feuilles.

On les qualifie d’anti-inflammatoires, d’antispasmodiques et d’antibactériennes. Elles tonifient en outre le système digestif et luttent contre les ballonnements, les flatulences et les spasmes.

Riche en polyphénol et en flavonoïdes, les micropousses de coriandre ont un redoutable pouvoir antioxydant. Rien de mieux pour éloigner les maladies dégénératives et éradiquer le vieillissement cutané.

Par ailleurs, elles sont truffées de vitamines (A, B, D, E et K), de minéraux (calcium, phosphore, soufre) et d’oligoéléments (potassium, cuivre et manganèse). Quoi de plus séduisant qu’un tel bagage nutritionnel ?

Et si l’on se penche sur leurs saveurs, on ne peut que les plébisciter ! Leurs notes vives de poivre, d’agrume et d’herbe fraîchement coupée en font les partenaires idéales des plats maghrébins, asiatiques et mexicains. Elles se marient aisément avec le poulet, l’agneau et le poisson. Crues ou cuites, hachées ou non, leurs feuilles d’un vert profond et joliment dentelées peuvent être cuisinées avec des avocats, des carottes, des tomates ou des courgettes, et mélangées à du boulgour ou du quinoa.

Source :

(1) https://www.cancer.gov/publications/dictionaries/cancer-drug/def/sulforaphane?redirect=true

Avertissement : L’ensemble des informations mentionnées n’est donné qu’à titre indicatif et ne peut en aucun cas remplacer un avis médical précis pour chaque personne. Veuillez consulter votre médecin avant tout usage.

Articles liés

7 signes d’un apport insuffisant en protéines

Les aliments à éviter quand on a la toux

Obésité abdominale : les pires aliments à éviter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.