fbpx
Bien-être Environnement

Huiles essentielles et nouvelle réglementation européenne : quels risques pour cette filière ?

Huile-essentielle-Lavande-programme-REACH

L’Union Européenne a adopté le 14 octobre 2020 une stratégie pour la “durabilité relative aux produits chimiques”. Malgré les prises de parole rassurantes, ce sujet crispe de nombreuses exploitations. Pour les acteurs de cette filière agricole, la nouvelle réglementation européenne menace la production d’huiles essentielles en France. Quels enjeux se cachent derrière ce sujet épineux ?

Les huiles essentielles classées comme produits chimiques

La Commission Européenne a adopté, en octobre 2020, son Pacte vert. Ce pacte poursuit l’objectif ambitieux de supprimer totalement les émissions nettes de gaz à effet de serre en Europe d’ici à 2050.

Si le Pacte vert représente une avancée réelle concernant la lutte contre le dérèglement climatique, certaines dispositions pourraient avoir des répercussions inattendues.

L’inquiétude grandit autour du projet de chimie durable de l’Union Européenne. Cette dernière pourrait en venir à interdire les huiles essentielles de lavande, au nom du principe de précaution. L’objectif initial est louable : il s’agit de bannir toutes les substances dangereuses et les allergènes potentiels de notre environnement en s’attaquant à certaines molécules.

Or, la lavande est un assemblage de plus de 600 molécules. Il suffit pourtant, avec le projet de l’Union Européenne, qu’une molécule notamment le linalol soit interdite pour mettre fin à toute la production. Avec la mise en place de ce projet, l’Union Européenne pourrait classer comme produits dangereux et de synthèse des huiles essentielles parfaitement naturelles dont les utilisations sont ancestrales.

La lavande n’est pas la seule plante concernée par le projet de chimie durable. Ainsi, le thym ou la sauge font également partie des victimes collatérales potentielles.

La mobilisation des producteurs

Toutefois, malgré les messages rassurants de la Commission Européenne, beaucoup de producteurs de lavande expriment leurs craintes. Le projet de chimie durable, prévu pour la fin d’année 2021, inquiète des producteurs déjà fragilisés par des années 2019 et 2020 décevantes.

L’application du projet soumettrait alors les producteurs de lavande au programme REACH. En effet, ce programme contrôle la dangerosité des productions pour sécuriser leur distribution aux consommateurs. Le programme REACH demande aux industriels ciblés de prouver l’innocuité de leurs productions. Ce surcoût serait donc hors de portée pour de nombreuses distilleries françaises, les condamnant à la cessation d’activité. Il convient de rappeler que l’extension du programme REACH était déjà un sujet de préoccupation en 2013 et 2015.

Dans la Drôme et en Ardèche, la mobilisation s’organise autour d’Alain Aubanel, président de l’Union des Professionnels des Plantes à Parfum, Aromatiques et Médicinales de France (PPAM). Ce syndicat de producteurs a d’ailleurs lancé une pétition adressée directement à l’Union Européenne. À l’heure actuelle, cette pétition approche les 140 000 signatures, montrant une mobilisation très importante.

Les producteurs, les distilleries, les coopératives de la Drôme affichent aussi des pancartes hostiles au projet de l’Union Européenne. Ce département vit, en effet, grâce à la production des champs de lavande, dont la couleur violette colore les paysages.

L’Union Européenne veut rassurer en promettant des consultations. Il est, pour le moment, hors de question de traiter sans aucune distinction des huiles essentielles et des produits industriels chimiques. Les producteurs restent donc dans l’attente d’une clarification réelle.

Source : https://ec.europa.eu/info/strategy/priorities-2019-2024/european-green-deal_fr

Articles liés

5 Solutions naturelles pour soulager la douleur du côlon irritable

Le Hygge : la méthode danoise pour trouver le bonheur

Objectif zéro déchet : 4 Astuces pour bien commencer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.